TUMEURS RENALES OU TUMEURS DU REIN

Il existe certaines tumeurs rénales ou kystes atypiques ou encore certains angiomes (tumeurs bénignes d’origine vasculaire) qui nécessitent une surveillance.

LES SYMPTÔMES

Ils sont rares et peuvent être du sang dans les urines, des douleurs de coliques néphrétiques, ou encore  des douleurs en regard du rein (en cas de tumeurs volumineuses).

Dans plus de 70%  des cas, les tumeurs rénales sont découvertes par hasard, à l’occasion d’un examen échographique ou d’un scanner demandé pour une autre raison.

LES EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

La confirmation du diagnostic est toujours faite par un scanner.

L’imagerie par résonnance magnétique (IRM) n’est pas indispensable au diagnostic. Elle est utile en cas d’aspect atypique, notamment pour les formes kystiques.

La ponction ou la biopsie sont rarement utilisées,  uniquement dans certains cas particuliers.

Un bilan d’extension à la recherche de métastases (25 % des cas) est le plus souvent demandé : scanner thoracique et scintigraphie osseuse.

LE TRAITEMENT EST ESSENTIELLEMENT CHIRURGICAL!

L’ablation complète du rein reste le traitement de référence : il s’agit d’une néphrectomie élargie habituellement pratiquée sous coelioscopie, évitant ainsi une ouverture musculaire et autorisant une reprise des activités plus précoces.

Depuis plusieurs années en fonction de la taille (moins de 7 cm) et la localisation de la lésion, une chirurgie partielle du rein peut être proposée pour retirer uniquement la tumeur et non pas le rein dans sa totalité.

Dans notre centre d’urologie Val d’Oisien, cette chirurgie est le plus souvent réalisée sous coelioscopie robot-assistée.

L’utilisation du robot permet une dissection du rein puis de la tumeur rénale d’excellente qualité, tout en utilisant de petites incisions cutanées.

Les douleurs post-opératoires et la durée d’hospitalisation sont ainsi considérablement réduites par rapport à une chirurgie ouverte conventionnelle.

Dans certains cas très sélectionnés, la néphrectomie partielle robot-assistée est réalisée dans le cadre d’une hospitalisation ambulatoire.

Tumeur rénale exo rénale, indication de chirurgie partielle

Le choix du traitement se fait au cas par cas et vous sera expliqué par votre urologue.

TRAITEMENT MÉDICAUX DES FORMES MÉTASTATIQUES

Habituellement l’ablation du rein est toujours réalisée dans un premier temps pour retirer la tumeur rénale primitive.

Depuis quelques années, de nouvelles molécules ont montré une efficacité importante sur les métastases.

On parle de thérapies ciblées:

les anti-angiogéniques qui agissent sur la vascularisation des tumeurs rénales et l’immunothérapie utilisant les défenses immunitaires pour combattre le développement tumoral.

La décision de mettre en place ces traitements est prise lors d’une réunion multidisciplinaire, réunissant urologues, oncologues, radiologues et anatomopathologistes.

La prescription et le suivi de ces traitements sont faits par nos oncologues médicaux.

LES KYSTES DU REIN :

Les kystes simples du rein sont des anomalies bénignes qui ne nécessitent le plus souvent aucun traitement ni même de surveillance.

Ils ne donnent pratiquement jamais de symptômes et n’altèrent pas la fonction rénale. Le diagnostic est généralement échographique, parfois confirmé par un scanner.

Certains kystes volumineux peuvent être rendus responsables de douleurs abdominales.

Pour confirmer le diagnostic, une ponction-évacuatrice du kyste est réalisée sous anesthésie locale.

En cas de disparition de la douleur, un traitement chirurgical coelioscopique du kyste est alors proposé, c’est à dire par le biais de petite incisions cutanées et une hospitalisation réduite.

Kyste rénal gauche

D’autres kystes très atypiques peuvent correspondre à de réelles tumeurs rénales de forme kystique.

Un traitement chirurgical coelioscopique robot-assisté est alors proposé.

EN CONCLUSION:

Tout ce qui n’est pas un kyste rénal simple, doit avoir un avis urologique.

  • SHARE:
  • Share: